fbpx

Développement et Retouche

Développement et retouche : pourquoi, comment, ...

Que ce soit les photographes, les clients, le grand public, tout le monde sait qu’un photographe a à sa disposition des logiciels de traitement des images dont le plus connu est Photoshop. Tout le monde ou presque a entendu parler de développement et de retouche. Ces étapes de production de l'image sont pourtant critiquées, parfois par certains photographes eux même.

J'ai décidé d'écrire cet article puisque je constate que certaines incompréhensions subsistent toujours. Un client qui souhaite des photos "vraies" et pas retouchées, un autre qui souhaite une remise de prix si je ne retouche pas sa séance, un photographe qui se félicite de ne rien retoucher, certains publics qui regrettent une photo trop retouchée...

Et si on faisait le point ensemble ?

 

La photographie ne montre pas le réel

Première chose importante : nous évoluons dans un monde en 4 dimensions où nous percevons les hauteurs, les largeurs, les profondeurs et le temps. Une photographie fige un moment, une action, une émotion. La dimension de temps n'existe plus. Le support de la photographie étant plat, la notion de profondeur/consistance n'existe plus. La photographie vous présente un monde en 2 dimensions.

Voyons quelles sont les étapes de production d'une image numérique :

  • Le photographe choisi son cadrage, sa proximité avec le sujet, son angle de vue, son objectif, ses réglages
  • La lumière traverse l'objectif, ses lentilles et son diaphragme
  • La lumière arrive sur le capteur qui la transforme en signal électrique
  • Les signaux vont venir former des informations enregistrées sur un fichier appelé "raw"
  • Le "raw" sera stocké dans la carte mémoire puis copié sur un ordinateur
  • Un logiciel de développement va lire ce fichier "raw" pour le transformer en une image lisible (image latente)
  • L'image latente est développée selon les souhaits du photographe
  • L'image est envoyée chez un tireur pour être imprimée sur un support physique

Chacune de ces étapes peut influencer sur le rendu de l'image finale. Si l'on peut se rapprocher le plus possible de la "réalité" lorsque le sujet et la commande l'exige, la plupart des photographies, dites sociales, ne sont qu'une interprétation de la réalité par leur auteur.

Pourquoi utiliser des outils numériques pour réaliser ses photos ?

Une mise au point lexicale s'impose. Les mots "retouche", "développement" et "tirage" sont souvent mal interprétés.
Quand on parle de "développement", beaucoup s'imaginent qu'il consiste en l'impression de la photographie. A l'époque de l'argentique, nous emmenions nos pellicules chez le photographe pour la faire développer et nous repartions avec les photos papier. Le mot "développement" est donc souvent resté en tête pour désigner l'impression/le tirage des photographies.
Le mot "retouche", quand à lui, est un mot fourre-tout qui désigne n'importe quelle manipulation informatique visant à modifier l'aspect d'une photographie. Il est malheureusement considéré comme le mal absolu et bien souvent comme la preuve évidente de l'incompétence du photographe qui y a recours.

Le DÉVELOPPEMENT est le processus de création d'une photographie où le photographe transforme son image latente (négatif/raw) en image finale souhaitée.
La RETOUCHE est le processus qui vient modifier une image en utilisant d'autres outils que ceux appliqués lors du développement.
Le TIRAGE est le processus où la photo est imprimée sur un support physique, notamment du papier photo.

Maintenant que ces 3 termes sont définis, voyons-voir ce qu'il en est vraiment dans le travail du photographe.

Dans la partie précédente, j'expliquais que l'image prise par le photographe était sauvegardée sous forme brute appelé couramment le "raw" qui est une image latente. Le raw est au format numérique ce que le négatif est au format argentique.
Le raw n'étant pas une image mais un fichier d'informations, le photographe a besoin d'un logiciel de développement pour effectuer la transformation. Le développement consiste en l'utilisation des réglages de : l'exposition, le contraste, les nuances, la colorimétrie, le noir et blanc, les virages, le recadrage et les masquages.

Certains vont me dire que les photos qu'ils prennent, le plus souvent au format jpeg, sont parfaitement exploitables et plutôt jolies.
Si votre smartphone, votre compact, votre bridge, votre reflex ou n’importe quel appareil vous propose un fichier directement lisible (comme le jpeg), c’est que le dit appareil a effectué une conversion automatique du fichier brut en fichier lisible selon ses propres critères et sans vous laisser le choix des valeurs à appliquer à votre image.
Vous avez bien compris : c'est un algorithme qui va développer automatiquement la photo à votre place. Le photographe qui ne développe pas n'a aucun choix sur les critères esthétique qu'il va appliquer à sa photographie.

Voici deux exemples de développement. Le premier, effectué sur une photographie numérique en couleur, le second, sur une photographie argentique en noir et blanc.

beforeafter

Chien Boxer
Photo personnelle

Ici, vous avez une photo développée de 2 façons différentes. La première, "before", est un développement automatique réalisé par mon boitier. La seconde, "after", est un développement que j'ai réalisé moi même selon mes choix et goûts. Les seules limites qui me sont imposées sont les données disponibles dans mon raw, ma propre imagination et mes compétences.

Notez qu'avec la mauvaise réputation des logiciels de développement photo, beaucoup de photographes préfèrent ne pas communiquer sur leurs procédés de développement.

beforeafter

James Dean.
Photographe Dennis Stock. Développement Pablo Inirio.

Voici l'une des fameuses photos de James Dean photographié par Dennis Stock. Cette photo, comme toutes les autres, à subit un processus de développement. La différence notable entre le développement d'une image numérique ou argentique est l'outil. Si l'informatique est utilisé pour la photo numérique, c'est la chimie qui permet à la photographie argentique de se révéler. Le numérique ne fait que reproduire informatiquement le processus chimique et les techniques humaines utilisées en argentique.

La première image, "before", vous montre l'image latente accompagnée des instructions de développement. La seconde, "after", est la photo finale, développée selon les instructions. Notez que les modifications apportées lors du processus de développement sont significatives, améliorent la lecture de l'image et renforcent l'ambiance.

beforeafter

Moonrise over Hernandez, Mexico
Ansel Adams

Avant après de la très célèbre photo de Ansel Adams, "Moonrise over Hernandez, Mexico". La première photographie est la photo latente de l'image. La seconde photographie est la photo finale suite au développement. Ansel Adams aura produit cette photographie des centaines de fois sans jamais obtenir tout à fait le même résultat et sans jamais obtenir le résultat qu'il souhaitait.

La retouche née avec la photographie

"Comment ils faisaient, avant, les photographes ?"

La naissance de la photographie date des années 1820/1830. Les premiers photographes professionnels étaient souvent des dessinateurs et artistes peintres. Ils ne se privaient donc pas pour dessiner et peindre sur leurs photos afin d'en modifier l'apparence et la qualité. La retouche est donc apparue il y a 180 et quelques années. Ça fait presque 2 siècles que la retouche photo existe !

La "retouche" est un terme large et ses applications sont nombreuses. Les logiciels de retouche peuvent presque tout faire. Comme expliqué  dans le paragraphe précédent, la retouche, c'est toutes les modifications apportées à la photographie et qui ne relèvent pas du développement. Voici quelques exemples de ce qui relève de la retouche : ajout et suppression d'éléments, retouches de peau, ajout d'éclairages, modifications corporelles, photomontages, panoramiques, textures, ...

Les intentions des photographes pour retoucher une photographie sont nombreuses et peuvent être controversées :

Correction d'un problème à la prise de vue : le coup classique. S'acharner sur une photo qui aurait pu être belle MAIS... il y a un "mais" : l'exposition n'est pas bonne, des éléments perturbateurs viennent gâcher l'image, la lumière est affreuse... autant de loupés à la prise de vue que le photographe va essayer de corriger en retouche.
Fait réel : j'ai déjà passé plus de 8h a retoucher une seule photographie pour essayer d'en faire quelque chose d'acceptable. Je vous assure qu'à force de louper, on retient la leçon et qu'on s'applique à la prise de vue.

Volonté de manipulation : aujourd'hui ou hier, la retouche peut être utilisée pour une propagande politique ou idéologique. Un dictateur qui supprime ses opposants d'une photographie. Un parti politique qui recadre une photographie pour isoler une action qui soutiendra sa cause mais qui n'a rien a voir avec l'image complète d'origine.

Appuyer sur les critères de beauté : certainement le type de retouche qui exaspère le plus. Affiner une silhouette, augmenter la taille de sa poitrine, lui donner une peau parfaite, blanchir ses dents, rajeunir, supprimer la cellulite... cette retouche là rends les gens "parfaits" et n'est pas au goût de tous. Cette discipline est extrêmement exigeante, chronophage et technique.

Compenser une incapacité matérielle : les appareils photos sont des outils. Puisqu'il s'agit d'outils, ils ont leurs possibilités, mais aussi leurs limites. Votre objectif ne vous permet pas de prendre en photo un paysage dans son ensemble : vous réalisez un panoramique en assemblant les photos. Les contrastes sont trop grands entre des zones trop lumineuses et d'autres trop sombre mais vous ne souhaitez pas faire de compromis : vous réalisez une retouche de type blending.

Ci dessous, retrouvez quelques photographies retouchées. Je les ai classées par ordre chronologique et j'y apporte des précisions sur le traitement qui y a été fait :

photo ancienne retouchée au fusain et gouache

Les employés de la voirie, rue du Quatre-Septembre.

Le cliché étant trop fade, l'auteur a redessiné les contours au fusain et peint à la gouache.
La photo et beaucoup d'autres sont à retrouver ici.

photographie retouchee et truquée d'abraham lincoln

Portrait truqué d'Abraham Lincoln. 1860.

Voici le portrait, à gauche d'Abraham Lincoln.
A droite, voici le portrait de John Calhoun, esclavagiste.
Le portrait de Lincoln est truqué. Il s'agit de la photographie de John Calhoun sur laquelle le photographe a collé la tête du président américain.

general grant a cheval photo composite et retouche ancienne

General Grant at City Point. 1864. (photomontage 1902).

Le général Grant, futur président des États-Unis d'Amérique pose fièrement devant ses troupes lors de la guerre de Sécession en 1864.
Superbe exemple historique d'un photomontage de 3 photos bien distinctes. La tête du général Grant est collée sur la photo du général Alexander M. McCook qui monte à cheval. Le montage est ensuite collé sur une photo des soldats à City Point lors de la guerre de Sécession.

Plus d'informations sur ce montage à lire sur cet article.
Voir directement sur la page de la bibliothèque du Congrès Américain.

photographie noir et blanc en argentique avec modification du tour de taille

Jean Poyet - 1920

Le photographe réalise une retouche visant a amincir le tour de taille de sa cliente. Sur le négatif, la zone sombre sur la taille est la zone découpée.
Plus d'informations ici.

photographie argentique retouche beauté et rides

Jean Poyet

Le photographe retouche, ici, l'aspect du visage en éliminant les rides. Le processus similaire existe en version numérique.
Plus d'informations ici.

beforeafter

Photographe Thomas Sonderup.
Retoucheur Pratik Naik.

La retouche beauté, ici très légère, ne sert pas qu'a créer des bimbos ultra-sexy pour des couvertures de magasine. On peut aimer une image ultra retouchée juste pour ce qu'elle est : une image. Le danger c'est lorsque l'on commence à imaginer que ces images sont réelles.


Conclusion

La photographie montre le réel mais elle n'est pas une photocopie des images formées par notre regard.

Le développement d'une image est un acte obligatoire dans la création de toute image, argentique ou numérique. Sans développement, la photo reste inexploitable. Le développement se fait soit de façon automatique par un algorithme pré-déterminé, soit de façon manuelle si l'auteur souhaite appliquer son propre point de vue. La retouche est soumise à de nombreuses controverses morales mais est un atout majeur dans la réalisation de photographies hors du commun.

J'aimerai conclure avec un avis personnel :
Ce qui compte, c'est l'INTENTION et le RÉSULTAT.
Je crée des images. Je ne me considère pas vraiment comme une artiste mais plutôt comme une technicienne. J'utilise les outils qui sont mis à ma disposition afin d’obtenir ce que je veux. Je commence une séance photo avec une INTENTION, c'est à dire que j'ai déjà une idée de ce que je souhaite faire. Je fini le développement/retouche d'une image pour concrétiser cette intention et arriver à un RÉSULTAT.

Je vois les photographies comme des images. Elles me font voyager et elles me divertissent. Je veux du beau, parfois je veux du laid (mais du laid bien fait ! ). Lorsqu'une image me plait, je ne me soucis pas de savoir comment elle a été faite, pourvu qu'elle soit esthétique.

Et surtout, laissez-moi créer mes images selon mon propre imaginaire, selon mes inspirations, selon ma propre vision lors des séances photo !

Laisser un commentaire